mg 4

Martine Gasnier, auteur

Livre d'or

Pour alimenter ce Livre d'or, il suffit de m'envoyer votre message par le formulaire disponible à la page "contact".

 Itinéraire d'un révolté 

* J'ai découvert le week-end dernier pendant un voyage en train votre nouveau roman que j'ai lu avec grand intérêt, l'écriture est enlevée, les personnages immédiatement attachants, le cadre historique bien sûr très documenté. On retrouve avec une forme de complicité bien agréable des thèmes qui vous tiennent à cœur, la dénonciation des injustices sociales, des abus des puissants, en particulier des gens d’Église, et la formidable énergie, qui, alliée à la force d'une rencontre amie, permet à quelques uns d'échapper au sort des opprimés. Merci pour ce livre. Armelle (8/10/2019)

* Juste un mot pour vous dire que je prends grand plaisir à lire '' Itinéraire d'un révolté ''. Je lis lentement ce qui a été écrit avec application et mûre réflexion. .."je lis avec plaisir comme une poule boit, en relevant fréquemment la tête, pour faire couler"...J'ai l'impression qu'on pourrait vous attribuer cette réflexion de Romain Rolland : "On ne lit pas, on se lit". Merci. Charles Lanot  (28/09/2019)

* Lettre d'un inconnu (03/10/2019)

Lettre d'un inconnu-

 L'affaire Julie Clain 

*« Inspiré d'un fait authentique, ce roman dénonce la fragilité de la justice et le poids de la rumeur qui affirme qu'il n'y a pas de fumée sans feu. Combien d'histoires du même type, à notre époque, continuent de pourrir la vie d'innocents ? Une affaire exemplaire. » Radio Massabielle "A l'écoute des livres" - La chronique de Roland Françoise du 27 février 2019

* J'ai fini de lire ton premier roman. Je te félicite. J'ai pris beaucoup de plaisir à le lire. je suis admirative. Véronique (22/01/2019)

* Comment une rumeur peut bouleverser une vie ? Accusée d’infanticide, une jeune femme se retrouve rapidement devant la cour d’assise de l’Orne. L’affaire Julie Clain, inspirée d’un fait divers qui s’est déroulé dans le Perche en 1860, nous invite à méditer sur la justice et ses failles. L’avocat alençonnais, Léon de la Sicotière, arrivera-t-il à faire triompher le droit ? Véritable chronique judiciaire, la lecture de ce premier roman de Martine Gasnier est un pur moment de bonheur, captivant. Coup de coeur - Médiathèques de la Communauté Urbaine d'Alençon (09/2018)

* L’affaire Julie Clain est un livre remarquablement écrit. On sent que chaque mot est choisi avec minutie. C’est un petit livre compact mais dense et riche. … Martine Gasnier nous fait vivre cette affaire avec une intensité poignante. On est projeté en 1860. Avec une jeune femme déjà très en avance sur son temps. Une jeune femme qui veut être libre ! On la suit avec angoisse, page après page. Comme on suit cette rumeur devenir criminelle sans aucun élément révélateur. Un livre passionnant et très angoissant. Bénédicte de Loriol - Publik'ART (02/07/2018)

* J'ai pris grand plaisir à lire L'affaire Julie Clain. J'ai retrouvé l'ambiance de nos campagnes (garde champêtre, travaux des champs...). J'étais tellement pris par cette ambiance que j'ai été souvent tenté de regarder la dernière page. J'aime les fins heureuses, je suis comblé. Le style de Martine est toujours aussi brillant, donc que du bonheur à cette lecture. Christian Barbey (27/06/2018)

* Je voulais vous féliciter pour votre merveilleux roman "L'Affaire Julie Clain". Avec une écriture haletante vous avez réussi à tenir le lecteur exigeant que je suis en haleine…Vous avez su, avec brio, reconstituer ce Perche, sa beauté verdoyante, mais aussi sa rudesse, avec ces hommes et ces femmes soumis au labeur quotidien et à l'âpreté de la vie. Merci pour ce merveilleux moment avec votre roman… Eric Bacher (1/06/2018)

* Je venais justement de terminer l'affaire Julie Clain la veille au soir. J'ai pris beaucoup de plaisir à le lire. Il décrit bien cet état d'esprit qu'il y avait dans nos campagnes il n'y a pas encore si longtemps et même ...... Donc félicitations à Martine, pour ce Roman dont la lecture tient en haleine jusqu'à la fin. Jean-Marc Barbey (24/05/2018)

* Ce que j'apprécie dans votre écriture c'est que vous écrivez chaque fois comme si vous le faisiez pour la première fois et la dernière fois, et dire autant de choses que si vous faisiez vos adieux et les dire aussi bien que si vous le faisiez pour la première fois. Vous ne confondez pas écrire et bien écrire... Cela me fait penser à cette phrase, dans une lettre de V. Hugo à Juliette Drouet : Vous n'êtes pas jolie, vous êtes pire ! Charles Lanot (7/06/2017)